En France, on a la chance de vivre sous un climat tempéré où il y a de l'eau en abondance. Mais en été où la sécheresse menace, à force de prendre toute cette eau dans la nature pour nos besoins, il en reste juste assez pour les poissons et pour tous les êtres vivants qui vivent dans les cours d'eau.

En effet, pendant été, où il pleut moins, il y a moins d'eau dans les rivières. Les consommations d'eau pour la vie quotidienne, pour les industriels et les agriculteurs ne font qu'aggraver ce phénomène naturel. Résultat, la température de l'eau augmente. Forcément, il y a moins d'eau, donc elle se réchauffe plus vite. Et plus la température augmente, moins il y a d'oxygène disponible dans le milieu. La qualité des cours d'eau se dégrade.

Mais il y a pire! Car moins il y a d'eau dans une rivière et plus celle-ci devient particulièrement sensible à la pollution. En consommant beaucoup en été, nous contribuons ainsi à fragiliser les milieux naturels aquatiques.





Pour produire de l'électricité, les hommes ont construit des barrages. Pour rendre les rivières et les fleuves navigables, ils les ont aménagés. Ils ont modifié leurs tracés, y ont construit des écluses et des chaussées pour faire passer les bateaux. Tous ces travaux, qui ont quelquefois complètement modifié le cours des rivières, ont perturbé les milieux naturels.

Au début, les barrages n'étaient pas toujours équipés de passes à poisson. Les poissons migrateurs ne pouvaient donc plus remonter jusqu'à leurs lieux de ponte (les frayères) et beaucoup d'entre eux ont failli disparaître de nos rivières. En plus, de temps en temps, ces barrages sont vidés pour être nettoyés. Toute l'eau qui est lâchée dévale alors la pente à toute vitesse. Elle emporte tout sur son passage, détruisant les frayères où les poissons pondent leurs oeufs.

Quand des touristes affluent par centaines près d'un lac ou d'un cours d'eau, ils ne font pas toujours attention. Ils jettent parfois leurs déchets n'importe où, ils font du bruit et font fuir les poissons, ainsi que tous les animaux qui vivent près des berges des cours d'eau.